Pour leur nonantième et soixantième anniversaires respectifs, le Musée des Beaux-Arts de Tournai et les Archives & Musée de la Littérature de Bruxelles ont décidé de conjuguer leurs collections et de déployer, dans l’écrin conçu par Victor Horta, un dialogue entre textes et œuvres d’art. Ce dialogue indique non seulement les synergies qui se peuvent tisser entre institutions de la Fédération Wallonie-Bruxelles mais aussi les interactions d’art qui furent si vives au tournant du siècle précédent.

La figure d’Henri Van Custem, mécène et collectionneur à l’origine du Musée de Tournai, est mise à l’honneur à travers l’illustration des liens qu’il entretenait avec ses amis artistes et, particulièrement, Louis Pion, Guillaume Charlier et Victor Horta (sans qui le Musée des Beaux-Arts n’aurait pas vu le jour) comme avec des écrivains tel Sander-Pierron, Lucien Solvay ou Théo Hannon.

Dans le contexte actuel – l’avancement des projets de rénovation et d’extension du Musée des Beaux-Arts –, fêter les 90 ans de cette institution revient à dresser un bilan du passé mais également à se projeter dans l’avenir. Les plans d’Horta seront ainsi présentés en parallèle à ceux de la future extension du cabinet d’architectes XDGA.

Ensemble majeur de la collection du Musée des Beaux-Arts, le XIXe siècle est notamment exploré à travers des sections consacrées au Luminisme et au Réalisme. Une véritable plongée dans le contexte social de l’époque est proposée par le biais des thématiques chères au mécène bruxellois : scènes de travail – artisans, mineurs, agriculteurs – et scènes de vie quotidienne où se mêlent âpreté sociale mais aussi douceur et joie de vivre. L’occasion sera donnée ultérieurement au visiteur de (re)découvrir un des chef-d’œuvre de la collection, la Pointe du Cap Martin de Claude de Monet toujours en restauration, et qui rejoindra son port d’attache en novembre.

Autre point d’orgue de l’exposition : le Symbolisme littéraire et artistique dont les Archives & Musée de la Littérature possèdent de superbes traces. Le Cabinet Georges Rodenbach, écrivain de cette école né à Tournai, sera restitué dans son entièreté à cette occasion, et de manière inédite. Celui-ci est en effet divisé entre les collections de la Ville de Tournai (transfert récent du Cabinet installé au Musée du Folklore vers le Musée des Beaux-Arts) et celles des Archives & Musée de la Littérature et de la Bibliothèque royale à Bruxelles. Archives, tableaux et objets ayant appartenu au romancier de Bruges-la-morte pourront de la sorte être réunis en un lieu et focaliser l’attention sur un écrivain important qui fut l’ami de grands artistes, Rodin, d’Anethan, Redon ou Carrière entre autres. Des lettres de Rodin, qui seront exposées, ainsi que celles d’autres artistes ou écrivains témoignent de ces synergies.

La grande toile méconnue du peintre tournaisien Fernand Allard l’Olivier consacrée aux héroïnes du Théâtre de Maeterlinck rejoint elle aussi, pour trois mois, les cimaises du Musée de Tournai et rayonne sur la salle dans laquelle on découvre le voile porté par Georgette Leblanc pour la création de l’Oiseau bleu ou l’éventail offert par Robert Montesquiou à Anna Rodenbach mais aussi des manuscrits et des lettres de Maeterlinck, Van Lerberghe, etc. Cette salle qui jouxte le Cabinet Rodenbach est un des espaces centraux consacrés aux représentations de la féminité à cette époque. Parmi celles-ci, la Périmèle de Legendre, à l’origine du Musée de Tournai, ou une surprenante Dalila de Gallait qui permet de découvrir d’autres palettes du talent d’un peintre majeur de l’époque précédente. La salle d’Histoire, qui lui est largement consacrée, donne à voir ses esquisses. Le tableau de De Braeckeleer consacré à la princesse d’Éspinoy et restauré par le Rotary Trois Lys, constitue un autre fleuron de cette exposition doublement jubilaire.

En parallèle au Cabinet Rodenbach, les Archives & Musée de la Littérature donnent à entendre un montage sonore de Patrick Codenys, un des fondateurs du groupe Front 242, composé à partir de leur audiothèque. Enfin, le Musée des Beaux-Arts fait revivre une chanson composée en l’honneur d’Henri Van Cutsem ainsi que la correspondance de ce dernier.

Tarif(s)

Payant

Organisateur

Musée des Beaux-Arts de Tournai
+32 (0)69 33 24 31

Lieu de l'événement

Enclos Saint-Martin 3 - Tournai