Le Conseil communal du 1er décembre 2014 a arrêté la taxe sur les dancings.

Article 1er : Il est établi, pour les exercices 2015 à 2019, une taxe communale sur les dancings, à savoir : sur les établissements publics où on danse avec une périodicité excluant une pratique occasionnelle, le caractère de périodicité étant acquis si l'établissement est signalé au public sous l'appellation "dancing" ou "salle de danse" ou si une piste de danse est réservée, de façon habituelle, et où la danse est permise par l'exploitant du lieu, avec ou sans organisation préalable.

Article 2 : La taxe est due solidairement par l'exploitant du ou des dancings et par le propriétaire. du ou des locaux.

Article 3 : La taxe est fixée à 940,00 € par dancing et par mois calendrier la situation étant figée au 1er du mois pour les établissements soumis au permis d’environnement.
La taxe est fixée a 100,00 € par mois calendrier la situation étant figée au 1er du mois pour les établissements non soumis au permis d’environnement.

Article 4 : La taxe est perçue par voie de rôle.

Article 5 : A la fin de chaque trimestre, l'Administration communale adresse au contribuable une formule de déclaration que celui-ci est tenu de renvoyer, dûment remplie et signée, avant l'échéance mentionnée sur ladite formule. A défaut d'avoir reçu cette déclaration avant la fin du mois qui suit le trimestre concerné, le contribuable est tenu de donner à l'Administration communale tous les éléments nécessaires à la taxation et ce, au plus tard pour le 30 du mois qui suit le trimestre concerné.
Conformément à l’article L3321-6 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation relative à l’établissement et au recouvrement des taxes provinciales et communales, la non déclaration dans les délais prévus, la déclaration incorrecte, incomplète ou imprécise entraîne l'enrôlement d'office de la taxe. Dans ce cas, le montant de la majoration sera de 50 %.

Article 6 : Les clauses concernant l'établissement, le recouvrement et le contentieux sont celles des articles L3321-1 à L3321-12 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, de l'Arrêté Royal du 12 avril 1999 déterminant la procédure devant le Gouverneur ou devant le Collège des Bourgmestre et Echevins en matière de réclamation contre une imposition provinciale ou communale.