Le zéro déchet est une manière de consommer basée sur une véritable philosophie de vie. Il s’agit d’une volonté de réduise sa production de déchets par toute une série d’actions concrètes.

Pourquoi le zéro déchet ?

Tout qui s’engage dans le zéro déchet peut être motivé par une ou plusieurs raisons. Quelles sont-elles ?

  • La volonté de protéger notre environnement : les déchets sont une véritable problématique. Pour une utilisation de quelques minutes, ils peuvent perdurer dans notre environnement durant des dizaines et des centaines d’années, relâchant leurs éléments chimiques et toxiques dans nos sols, notre air et nos eaux.
  • La volonté de protéger notre santé : outre la contamination environnementale, l’impact sur notre santé peut venir d’ailleurs. En effet, envisageons simplement les produits transformés, ils sont riches en sel, sucre et matières grasses ainsi qu’en conservateurs dont l’impact sur la santé n’est pas des moindres. Pensons encore aux produits d’entretien et aux substances qu’ils relâchent dans nos habitats ou encore au plastique qui contamine nos aliments.
  • La volonté de redécouvrir des légumes/ fruits locaux et de saison : tout en favorisant notre économie locale, ceci permet de consommer des fruits et légumes adaptés à nos besoins suivant les saisons et à enrichir la variété de nos aliments tout en apprenant à varier la façon de cuisiner ces aliments.
  • La volonté de réduire le coût de notre consommation sur notre portefeuille : acheter en vrac permet de n’acheter que le nécessaire et ainsi d’éviter le gaspillage mais aussi de ne payer que le coût lié à la production et la distribution du produit et non le marketing et l’emballage. En effet, lorsque nous achetons un produit, les coûts de l’emballage et du marketing représentent de 15 à 40% du prix total du produit. Sans compter le coût pour les finances publiques de la gestion des déchets. De l’argent qui pourrait être réinvesti dans des projets porteurs pour notre bien-être.
  • La volonté de ne vivre qu’avec le nécessaire : le zéro déchet c’est de contenter de ce qui nous est indispensable, de se désencombrer. En accumulant moins, c’est du temps qui est gagné à ne pas devoir gérer des objets et donc du temps qu’on peut consacrer à sa famille, ses ami.e.s, ses loisirs. Des études ont d’ailleurs démontré que le bien-être sur le long terme résultent des expériences et des liens sociaux et non des achats ( https://fr.metrotime.be/2018/03/24/must-read/voici-la-recette-du-bonheur-sur-base-detudes-scientifiques ).

Le zéro déchet, oui mais…

« Je n’ai pas le temps.. », « Mon action ne va rien changer. Et puis, ce n’est pas à moi de trouver les solutions mais aux industriels et aux politiques », « C’est compliqué. », « Je recycle déjà. ». Autant de phrases que nous entendons souvent, autant de craintes par rapport au zéro déchet. Déconstruisons ensemble les préjugés :

  1. « Je n’ai pas le temps.. » : passer au zéro déchet, c’est surtout une question de changement d’habitude. Vous continuerez à faire vos courses mais vous remplirez vos bocaux au lieu d’acheter vos articles emballés. Pas de temps en plus. Et pour ce qui est des produits que vous fabriquerez vous-mêmes, la réalisation de lessive ou de dentifrice ne vous prendra que quelques minutes et pourra se faire en famille. De sorte que vous passerez un moment agréable et ludique avec vos proches. Le temps est surtout une question de priorité 
  2. « Mon action ne va rien changer. Et puis, ce n’est pas à moi de trouver les solutions mais aux industriels et aux politiques » : « et après moi le déluge… ». Un déluge qu’on laissera à nos enfants et petits-enfants… En moyenne, un belge produit chaque année 400kg de déchets. Ceci sans compter les déchets issus de l’extraction des ressources et de la fabrication des produits que nous consommons. Alors, le zéro déchet permet d’avoir un véritable impact à notre échelle. Cette démarche démontre également aux industriels les préoccupations des citoyen.ne.s et met la pression sur ces industriels pour les pousser au changement. C’est aussi une façon de demander aux politiciens de mettre en place des actions concrètes pour soutenir les citoyen.ne.s dans leur démarche. Ensemble, nous y parviendrons !
  3. « C’est compliqué. » : c’est surtout une question de réorganisation de nos habitudes. Rien de compliqué de verser notre riz dans un bocal plutôt que d’acheter le sachet.
  4. « Je recycle déjà. » : recycler est une excellente démarche et nous vous en félicitons. Mais recycler n’est pas la panacée. En effet, trop peu de déchets sont réellement recyclés (à titre d’exemple, seules 15% des matières plastiques sont recyclées) et cela ne permet pas de réduire la quantité de nos déchets. Sans compter le coût énergétique et financier du recyclage pour notre société

Comment s’y mettre ?

Comme lorsqu’on débute une nouvelle activité, il faut y aller de façon progressive en se fixant de petits objectifs.

Pourquoi ne pas choisir une pièce de la maison et décider de mettre en place des pratiques zéro déchets pour les objets de consommation de cette pièce ?

Ou décider de vous rendre dans les magasins de vente en vrac ?

Ou commencer à composter ?

Ou ne plus acheter de produits alimentaires transformés ?

Ou encore réaliser vos produits d’hygiène et/ ou d’entretien ?

Il existe autant de façons de débuter une démarche zéro déchet que de zéro déchetiste. A vous de voir celle qui vous convient le mieux !

Envie d’approfondir le sujet ?

Vous souhaitez vous lancer et vous chercher des conseils, des trucs et astuces. Une multitude de sites existent pour vous aider. En voici quelques-uns

Quelques gestes concrets proposés par Ipalle (brochure pdf) 
Quelques conseils sur le site du BEP Environnement
Réduire votre gaspillage alimentaire
Le zéro déchet dans votre jardin
Faire mon propre compost
Conseils pour réduire ses déchets en consommant mieux (brochure pdf)
Site Zeri Carabistouille
Groupe Facebook pour les Tournaisiens
Page Facebook d'Ipalle