Qu’est-ce que le zéro phyto ?

Depuis le 1er juin 2019, l’utilisation de produits phytopharmaceutiques, plus communément appelés pesticides, est totalement interdite dans l’espace public. Cette mesure vaut pour les institutions publiques mais aussi pour le citoyen. Concrètement, il est donc interdit de désherber sa devanture de maison avec un pesticide mais aussi son jardin.

Pourquoi avoir mis en place le zéro phyto ?

Il est avéré depuis longtemps que l’utilisation de pesticides est dangereuse non seulement pour l’environnement et la biodiversité mais aussi pour l’homme. Contamination des nappes phréatiques, extinction des abeilles, développement de maladie, les pesticides sont néfastes. C’est pour toutes ces raisons que les autorités wallonnes ont interdit leur utilisation.

Cette interdiction a des répercussions positives :

  • elle permet un regain de vie de la nature, preuve en est ces nombreux coquelicots qui jalonnent nos campagnes ;
  • avec ces plantes qui refleurissent, c’est la faune qui revit et donc tout le cycle naturel ;
  • les personnes qui entretiennent les espaces publics et vous-même lorsque vous jardinez n’êtes pas soumis à des substances toxiques pour votre santé ;
  • les personnes qui fréquentent les espaces publics et nos jardins ne risquent pas non plus d’être contaminées par ces pesticides ;
  • finalement c’est la planète et son cycle de vie qui en bénéficient.

Le zéro phyto a de nombreux avantages mais comment je fais pour désherber ma devanture ?

L’interdiction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques oblige à recourir à d’autres méthodes pour se débarrasser des plantes indésirables. Les conseils de grand-mère ont la côte.
Mais attention, l’un d’eux suggère l’utilisation de vinaigre et de sel pour venir à bout des plantes indésirables de votre jardin. C’est une fausse bonne idée. Pourquoi ?
Tout d’abord, ces deux produits ont une influence négative sur le sol et le sous-sol qu’ils appauvrissent en l’acidifiant. Ils provoquent également un tassement des terres qui empêchent l’infiltration des eaux et peut donc entrainer des inondations. En outre, leur utilisation à ces fins est purement et simplement interdite par la loi.

Mais alors que faire ? L’huile de coude et la patience sont les maîtres-mots. Mais pas que ! La nature est bien faite et nous offre donc des alliés : les animaux et les plantes se complètent et se régulent entre eux. Veiller donc à assurer le gite et le couvert pour les plantes et animaux qui seront vos meilleurs alliés. Miser sur le paillage de certaines zones ou l’utilisation de plantes couvre-sol sont aussi d’une grande aide.

Et puis finalement, Et puis finalement, le zéro pesticides est aussi l’occasion de réfléchir sur notre vision de la nature et des « mauvaises herbes ». Parce que finalement, ce pissenlit que nous voyons comme une « mauvaise herbe » est tout aussi utile que le rosier au pied duquel il se trouve. Il n’appartient qu’à nous de redonner sa place à la nature, toute la nature.

Pour plus d’informations, de conseils et de trucs et astuces :

Adalia 2.0 - Zéro pesticide pour plus de nature !

Écoconso ASBL