Melles se souvient des 80 enfants juifs sauvés pendant la guerre

Publié le 14 juin 2022

Vive émotion ce dimanche 12 juin dans le village de Melles où une plaque a été dévoilée sur la place en présence de nombreux habitants. Cet espace a pour objectif de rappeler que, durant la Deuxième Guerre mondiale, 80 enfants juifs ont été cachés sous des noms d’emprunt à l’institut Saint-Paul de Melles.

Vive émotion ce dimanche 12 juin dans le village de Melles où une plaque a été dévoilée sur la place en présence de nombreux habitants. Cet espace a pour objectif de rappeler que, durant la Deuxième Guerre mondiale, 80 enfants juifs ont été cachés sous des noms d’emprunt à l’institut Saint-Paul de Melles.

Cette plaque a été offerte par la famille américaine d’origine juive Lewin et notamment par Sebastian, le jeune fils qui réalise cette année sa Bar Mitsva (communion juive). Habitant à Charleroi, Maurice Starckman, arrière-grand-père de ce jeune homme, avait été caché à l’institut Saint-Paul durant la guerre, avec ses autres compagnons de la même origine, grâce au Tournaisien Léo Chevalier. Anne-Marie Rouneau, l’institutrice de l’établissement, s’était bien occupée de ces jeunes gens en les protégeant et les éduquant. Ces deux personnes ont été reconnues « Justes parmi les Nations » par l’état d’Israël. Elles figurent parmi les 1.751 personnes de nationalité belge à figurer sur le site de Yad Vashem.

La famille Lewin a dit toute sa reconnaissance à la communauté de Melles, mais aussi aux autorités de la Ville de Tournai. « Sans votre sens aigü de l’humanité, nous ne serions jamais devant vous aujourd’hui », a précisé Sebastian Lewin devant la population émue.
La Ville de Tournai tient à remercier Monsieur Arthur Windels, le propriétaire du mur de ferme sur lequel le monument et la plaque ont été posés, Monsieur Jean-Pierre Grégoire, mémoire vivante de Melles, et Monsieur Francis Vandeputte, guide tournaisien, qui a joué un rôle important dans les relations entre la famille Lewin et la Ville.

Une plaque offerte par la famille Lewin a été également posée sur un mur de l’ancien domicile tournaisien de Léo Chevalier, à la rue Saint-Martin.