Semaine de Solidarité internationale : carte blanche

Publié le 04 mai 2020

Carte blanche de la Ville et de sa Commission consultative de solidarité internationale
 
La Ville de Tournai est particulièrement active en matière de solidarité. Elle le doit surtout à sa Commission consultative de solidarité internationale qui existe depuis 2008. Composée de représentants de mouvements mutuellistes, d’éducation permanente, d’associations actives dans la coopération et l’éducation au développement, cette Commission est coprésidée par Coralie Ladavid, première échevine de la Ville de Tournai en charge de la solidarité internationale, et par Quentin Huart, permanent du mouvement d’éducation permanente Présence et Action Culturelles dans la région.
 
A l’occasion de cette crise sanitaire majeure, la Commission consultative a écrit une carte blanche à plusieurs mains. Elle met l’accent sur la nécessité d’unir les forces des peuples pour combattre les nombreux défis qui se présentent à l’Humanité.

POUR UNE SOLIDARITÉ PLANÉTAIRE

Début mai, la commission de la solidarité internationale de la Ville de Tournai devait organiser sa traditionnelle semaine de solidarité internationale. La crise sanitaire nous contraint à réinventer l’organisation de cette semaine dans un format écrit et télévisuel.
 
Par la présente, nous tenons tout d’abord à réaffirmer haut et fort qu’une solidarité planétaire est plus que jamais impérative. La crise sanitaire du coronavirus est planétaire, la réponse doit l’être aussi.
 
La pandémie touche tous les pays y compris ceux du Sud, que ce soit en Afrique, en Asie ou en Amérique Latine. Ses effets arrivent avec un peu de retard sur nous, mais ils sont déjà là et se manifestent de manière dramatique.
 
Or, les systèmes de santé et les institutions de soins ne sont pas équipés pour répondre aux besoins de toutes celles et ceux qui seront atteints de manière sévère. Pour exemple, dans la ville de Kinshasa, qui a près de 15 millions d’habitants, on compte moins de 10 respirateurs en état de fonctionner ; à Haïti, 120 lits de soins intensifs pour 12 millions d’habitants… L’absence de protection sociale digne de ce nom démontre cruellement ses effets.
 
Une des premières conséquences de la pandémie se manifeste dans la flambée des denrées alimentaires, menaçant les populations fragiles de sous-alimentation. Il en va de même pour le prix des médicaments comme la nivaquine, efficace dans le traitement de la malaria. Les risques de troubles, de pillages, de violences, de déplacement de population, de malnutrition sont réels dans de nombreux pays. Les mesures, généralement prises dans nos pays riches sont peu praticables dans les pays du Sud étant donné les conditions de logement, l’organisation sociale fortement basée sur l’entraide, la prédominance du secteur informel et la forte densité démographique dans certaines grosses métropoles. Seul le port du masque, et encore, pourrait constituer un frein à la propagation du virus. Mais d’où viendront les masques, alors que nos pays se battent déjà entre eux pour les acquérir au prix fort ? Certes, les populations prennent des initiatives et réalisent massivement leurs propres masques, mais pour les professionnels de santé qui seront confrontés au virus, ceux-ci sont très insuffisants !
 
Certaines pratiques qui apparaissent chez nous sont plus que contestables et même choquantes. Ainsi il y a deux semaines, on annonçait que l’ONG « Hôpital sans frontières », qui récolte notre matériel et nos équipements hospitaliers déclassés pour les envoyer dans le Sud, remettait ces équipements dans nos hôpitaux pour faire face aux besoins urgents. Comme si les besoins des pays d’Afrique, d’Amérique latine ou d’Asie n’allaient pas s’exacerber de manière dramatique dans les semaines qui viennent ! Il y a quelques jours, la presse relatait les propositions de deux médecins français de réaliser les essais humains du vaccin sur les populations africaines !
 
La crise sanitaire met en lumière les limites et les erreurs de notre système économique mondial, ainsi que les conséquences des désinvestissements dans les politiques sociales de notre pays, que ce soit dans le secteur de la santé, du troisième âge, du handicap, de l’accueil et la protection de la jeunesse ou des migrants … Cette crise révèle dès lors, a contrario, combien sont importants des systèmes de protection sociale solides, la valorisation des professions liées à la santé, au social, à l’hygiène publique. Nous appuyons toutes les forces qui revendiqueront des investissements massifs dans une économie solidaire, le renforcement des systèmes de sécurité sociale, la revalorisation salariale et sociale des métiers sociaux, la restauration des moyens des services publics et des autorités publiques… En effet, les politiques qui organisent des solidarités structurelles et durables sont plus que jamais impératives.
 
L’aggravation des inégalités ainsi que la crise écologique majeure qui vient indiquent à souhait que l’ « ordre » économique mondial qui prévaut est non seulement scandaleux d’un point de vue éthique, mais encore insoutenable. Il doit être transformé !
 
Dans l’immédiat, notre tenons aussi à dire, à temps et à contretemps, que nos principes et nos idéaux de solidarité et de fraternité ne s’arrêtent pas à nos frontières. En ces temps où la tentation des replis nationalistes monte en puissance et se manifeste, nous ne pouvons renvoyer à plus tard l’impératif de reconstruire l’internationalisme.
 
Nous étions, nous sommes et nous resterons solidaires de nos amis d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud, qui subissent depuis tant de décennies le pillage des ressources naturelles, les guerres qui y sont liées, une mortalité infantile et maternelle dramatiques, les ravages de la rougeole, du paludisme…, de nos amis de Palestine, « confinés » depuis des décennies, qui subissent l’occupation coloniale, l’apartheid, de nos amis de Syrie, d’Irak et d’ailleurs, victimes des intérêts du pétrole et des régimes criminels qui les soutiennent…
 
Notre solidarité s’exprime dans l’urgence de la crise, à travers ce que notre commune, nos associations, nos ONG, nos mutuelles, nos syndicats, nos institutions mettent en place pour soutenir pratiquement leurs partenaires, à travers nos revendications pour que la Belgique et l’Europe consolident et augmentent leur aide internationale, tant via l’aide bilatérale directe que par celle qui passe par le secteur associatif.
 
Notre solidarité devra aussi s’exprimer pour définir les priorités de la sortie de crise, pour veiller à ce que les nécessaires ajustements de l’ordre économique mondial ne se réalisent pas seulement à la marge et au seul profit des pays occidentaux, mais qu’au contraire, qu’ils constituent les prémices d’un échange moins inégal. Il est à craindre qu’à la sortie de la crise, les besoins des populations des pays du Sud ne passent encore plus qu’avant au second plan, alors qu’il faudrait précisément les prendre plus en compte. Les éventuels ajustements de notre système économique, comme la relocalisation de certaines productions, risquent d’accentuer encore un peu plus l’inégalité des échanges. Ceux ne pourront se faire sans penser un rééquilibrage économique mondial.
 
Plus que jamais, la question de la dette devra être posée sur le fond et pas uniquement en termes de report des charges d’intérêts. Le commerce équitable et la promotion de l’agriculture vivrière paysanne pour une véritable souveraineté alimentaire doivent devenir rapidement les priorités des politiques de coopération au développement.
 
La Ville de Tournai s’inscrit d’ailleurs entièrement dans les enjeux sanitaires et de souveraineté alimentaire puisque ‘elle soutient au travers de ses villes jumelées, Covè (Bénin) et Bethlehem (Palestine), un projet de développement agricole et un projet au sein d’un hôpital.
 
Pour ensemble, participer à la construction d’un monde aux couleurs de l’humanité !